Ennéatype 3 : le Battant

Celui qui veut réussir

L’ennéagramme est un outil de psychologie qui s’intéresse aux motivations derrière nos comportements en répondant à la question «pourquoi je/il/elle agit comme ça ?». 

Il permet d’apprivoiser nos réactions, de comprendre et anticiper celles des autres.
Sa conviction ? Quel que soit le contexte socio-culturel, il n’existe que 9 types de personnalités, correspondant à neuf peurs humaines fondamentales. Chaque personnalité se construit autour de l’une de ces peurs, appelée “compulsion”.

Quelques rappels de vocabulaire : la force principale est la qualité que l’ennéatype apporte au monde. La tendance principale est l’émotion qui le tient sous son emprise, et sa compulsion est ce qu’il cherche à éviter.

Ennéatye 3 – Le battant

Force principale : la réussite
Tendance principale : la tromperie
Compulsion : l’échec
Ce qu’il veut : être reconnu pour ses succès
Vertu : l’authenticité

Construction du battant 

Comme les types 2 et 4, le petit 3 a manqué de confirmation claire de son identité ; il nourrit le besoin d’être reconnu et vit dans la peur d’être rejeté. 

Enfant, on lui a fait comprendre que « faire » était plus important « qu’être » et il s’est construit en confondant les deux. Puisqu’il a pris l’habitude de se définir au travers de ses actions, le petit battant à développé une phobie de l’échec : enfant brillant, doué à l’école et dans ses multiples activités extra-scolaires, il est devenu un adolescent et un adulte très à l’aise en société, séducteur, adaptable et admiré.

Vivre avec un battant

Le battant à l’air sur de lui, mais en réalité, il a très peur du vide intérieur. Puisque “être” c’est “faire”,  il lui est impossible d’être juste là, posé, profitant du moment : tout est matière à entreprendre. Il multiplie les activités, car pour être plus, il faut faire plus. Il veut briller, cumuler les succès dans tous les aspects de sa vie, même ses relations humaines ; une réussite existentielle. 

Il mène plusieurs projets de front, principalement court-terme pour éviter d’échouer et de percevoir sa propre existence comme un échec. Peaufiner l’image qu’il renvoie lui demande un grand travail : il doit toujours aller au-devant des autres et les séduire, quitte à négliger sa vie affective et émotionnelle. Car affect et émotions ne se voient pas, et ce qui ne se voit pas n’a que peu d’importance. Aussi, ces dimensions profondes impliquent une recherche de vérité ; or, si le battant est capable de petits mensonges pour parvenir à ses fins, le grand mensonge de sa vie est envers lui-même. Dépendant aux références extérieures, il néglige sa vie intérieure. Il existe presque toujours un décalage entre la réalité de l’émotion et l’idée qu’il s’en fait. Souvent matérialiste et individualiste, le battant est le modèle de la culture américaine.

"J'ai épousé le succès."
Tous les battants
tout le temps

Mot-clé, mécanisme de défense, attention première et prise de décision d’un battant

Pour comprendre la logique d’un type 3, il faut savoir que son mot-clé est “mesuré” : pour lui, tout est question d’organisation pour atteindre un but. Il y a un point de départ et un point d’arrivée, et la feuille de route pour aller de l’un à l’autre doit être réfléchie. Une méthodologie qui implique également une personnalité très adaptable, dans la lignée de son mécanisme de défense : l’identification. Le battant s’assimile toujours à un rôle qu’il croit devoir tenir pour atteindre son but. 

Qu’il soit ton collègue, ta moitié, l’un de tes parents ou un ami, quoi que vous fassiez, où que vous alliez, sache que son attention première se portera toujours sur ce qui le fera briller. Égal à lui-même, prendre une décision est un jeu d’enfant, car qui est adaptable “s’arrange” quoi qu’il arrive, et ne fait donc pas de mauvais choix.

"L'ennéagramme ne t'enferme pas dans une case. Il te montre la case dans laquelle tu es déjà pour t'aider à en sortir."
Ian Cron
The road back to you

Évolution du battant 

Chaque type évolue selon trois humeurs : bonne (intégration), neutre et mauvaise (régression). Dans les bonnes et mauvaises phases, il intègre les qualités ou défauts d’un autre type. 

Quand il va bien, qu’il est au top de lui-même en phase d’intégration, le battant est énergique et adaptable. Il devient flexible, gagne en profondeur. C’est un excellent commercial, un bon coach : il sait motiver. Son enthousiasme en fait un leader, agréable, drôle, apprécié. Il assimile les qualités du type 6 (le loyal)

En phase neutre, il est en pilote automatique : pragmatique. Absorbé par ses objectifs, il est efficace, même s’il surévalue un peu ses capacités. À fond dans un projet, le masque de la séduction tombe un peu, et le battant peut devenir très irritable s’il se sent interrompu. Son côté opportuniste se développe et le pousse à s’intéresser exclusivement aux gens qui peuvent contribuer à son succès. 

Quand il va mal… Aie. Ce côté opportuniste s’accentue jusqu’à en faire quelqu’un de pas très sympa, prêt à mentir et tricher pour atteindre son but, le tout saupoudré d’un petit caractère vengeur. Il assimile les défauts du type 9 (médiateur).

R.Reagan et JF.Kennedy, deux battants

 Si l’un de tes proches est battant

… Tu as un vrai coach de vie. Le battant est un excellent accompagnant. Il motive, trouve les bons mots. Il t’aide à discerner ton objectif, te donne les clés pour l’atteindre. Mais cette personnalité est imprévisible si son mécanisme n’a pas été bien compris. Un battant cherche toujours le succès, et adapte toujours sa personnalité à son interlocuteur : son comportement peut donc surprendre lorsqu’on l’ignore. Il ne faut pas attendre de lui de grands discours et épanchements sentimentaux ; le battant s’intéresse peu aux émotions qu’il ne juge pas constructives. C’est facile de l’aimer, car il fait tout “correctement”, toujours dans une quête de réussite, mais c’est parfois déconcertant, voire même douloureux, car il est vite fait de questionner sa sincérité. Le point positif est que le battant, dans l’intimité, est ouvert au dialogue et à la remise en question. Il peut faire tomber le masque. Il suffit de lui montrer que le succès peut prendre des formes non-conventionnelles, et que sa vision de la réussite par le “faire” peut aussi s’appliquer à “l’être”. S’il se laisse guider, le 3 peut gagner en authenticité et en profondeur.

Battant, c’est pour toi

C’est le mot de la fin ! L’ennéagramme a un but très simple : nous aider à nous comprendre et nous apprivoiser. 

L’ennéagramme pointe quelques traits propres à ta personnalité de battant : la confusion du “faire” et de “l’être”, la peur du vide. Le savoir te permet, au quotidien, de prendre du recul sur toi-même et une situation qui peut soit te mettre mal à l’aise, soit créer une gêne chez les autres. Il te permet de relativiser ce que tu es et ce que tu fais : tu n’es pas tes échecs, pas plus que tes réussites. Il existe un monde à l’intérieur de toi, qui existe bien au-delà de ce que tu accomplis à l’extérieur. 

Show CommentsClose Comments

Leave a comment

© Copyright 2019-2020 - Psy&Co. Tous droits réservés.