Ennéatype 2 : l’Altruiste

Celui qui sert pour être aimé

L’ennéagramme est un outil de psychologie qui s’intéresse aux motivations derrière nos comportements en répondant à la question «pourquoi je/il/elle agit comme ça ?». 

Il permet d’apprivoiser nos réactions, de comprendre et anticiper celles des autres.
Sa conviction ? Quel que soit le contexte socio-culturel, il n’existe que 9 types de personnalités, correspondant à neuf peurs humaines fondamentales. Chaque personnalité se construit autour de l’une de ces peurs, appelée “compulsion”.

Quelques rappels de vocabulaire : la force principale est la qualité que l’ennéatype apporte au monde. La tendance principale est l’émotion qui le tient sous son emprise, et sa compulsion est ce qu’il cherche à éviter.

Ennéatye 2 – L’altruiste

Force principale : l’amour
Tendance principale : l’orgueil
Compulsion : le rejet
Ce qu’il veut : être reconnu pour son aide
Vertu : l’humilité

Construction de l’altruiste

Comme les types 3 et 4, le petit 2 a manqué de confirmation claire de son identité ; il nourrit le besoin d’être reconnu et vit dans la peur d’être rejeté. 

Enfant, il s’est construit une vision marchande des relations : l’amour se mérite, s’achète, par l’attention qu’on porte aux autres. C’est ainsi qu’il s’est convaincu que les besoins d’autrui étaient plus importants que les siens, qu’il a appris à taire.
L’altruiste est donc très sensible, serviable et sympathique, une stratégie inconsciente -mais efficace – puisqu’il est toujours apprécié. 

Vivre avec un altruiste

L’altruiste est une personne très agréable, et c’est toujours un bonheur de l’avoir dans son entourage. 

Mais …!

Il ne faut pas oublier que l’altruiste associe amour et service. Il en fait donc beaucoup pour être au centre des relations… Ce qui peut lui donner un côté manipulateur : il va au-devant de tes besoins, quitte à devenir envahissant. Accepter son aide, c’est passer un contrat officieux avec lui : “puisque tu fais ça pour moi, je vais t’aimer”. Et tout va bien tant que ce contrat est respecté, mais si une contradiction entre en jeu, ou un refus d’aide, l’altruiste le prend personnellement et le vit comme une trahison ; ce n’est pas rare de l’entendre dire “après tout ce que j’ai fait pour toi…”.

C’est là le grand paradoxe de cette personnalité. Même s’il ne reconnaît pas ses propres besoins, l’altruiste devient très vite capricieux s’il n’obtient pas ce qu’il veut : l’amour et l’appréciation (selon ses propres critères et ressentis).
Il se plaint beaucoup et se sous-estime, s’oriente spontanément vers des relations où l’on aura besoin de lui (le fameux syndrome de l’infirmière). Le flirt et le sexe deviennent un moyen de s’approprier l’autre, il aime combler les cases vides, ce qui en fait un grand adepte des relations triangulaires (celui qu’il aime est déjà engagé ailleurs).

"Mon seul plaisir, c'est de te faire plaisir."
Tous les altruistes
tout le temps

Mot-clé, mécanisme de défense, attention première et prise de décision d’un perfectionniste

Pour comprendre la logique d’un type 2, il faut savoir que son mot-clé est “non-appartenance” : si rien ne lui appartient – son temps, par exemple – alors il peut être à disposition des autres. C’est dans la lignée de son mécanisme de défense : rien ne lui appartient, donc il n’a pas de besoins, c’est le seul moyen pour lui d’être aimé des autres, et donc de fuir le rejet qu’il craint tant. 

Qu’il soit ton collègue, ta moitié, l’un de tes parents ou un ami, quoi que vous fassiez, où que vous alliez, sache que son attention première se portera toujours sur ce qu’il peut faire pour t’être utile, à toi et aux autres. S’assurer que vous avez chaud si l’endroit est froid, que vous êtes bien installés, que la nourriture est bonne, que vous avez suffisamment mangé, etc. Égal à lui-même, vue la place centrale des autres dans sa structure psychique, l’altruiste prend ses décisions en fonction d’eux. Même s’il ne le réalise pas forcément…. 

"L'ennéagramme ne t'enferme pas dans une case. Il te montre la case dans laquelle tu es déjà pour t'aider à en sortir."
Ian Cron
The road back to you

Évolution d’un altruiste 

Chaque type évolue différemment selon trois humeurs : bonne (intégration), neutre et mauvaise (régression). Dans les bonnes et mauvaises phases, il intègre les qualités ou défauts d’un autre type.

Quand il va bien, qu’il est au top de lui-même en phase d’intégration, l’altruiste est une petite boule d’amour : chaleureux, désintéressé, il aime inconditionnellement. Il promet la lune et se motive à aller la chercher. Il devient aussi très empathique ; c’est agréable de l’avoir quand tu souffres, car il partage ta peine, divise ta tristesse. Il assimile les qualités du type 4 (le romantique)

En phase neutre, il est en pilote automatique : tu vois le cliché de la mère juive ? On est dedans, en plein dedans !  L’altruiste est aux petits soins, mais attention, car il peut vite basculer dans la possessivité. Il envahit, il infantilise, bref, il en fait trop. Incapable de dire “non”, il attire à lui des gens parfois mal intentionnés, ce qui l’importe peu puisqu’il préfère être mal accompagné que seul. Son petit côté mondain lui permet de ne pas avoir à affronter cette question qui le terrifie tant “qui suis-je ?”.

Quand il va mal… Aie. Culpabilisant, manipulateur, l’altruiste a vite fait de te faire sentir mal : tu n’es pas à la hauteur de ce qu’il fait pour toi. Il assimile les défauts du type 8 (chef).

Simone Veil et Mère Théresa, deux personnalités altruistes

 Si l’un de tes proches est altruiste

… Il faut bien comprendre que l‘altruiste est “fusionné” à l’aide et aux services qu’il propose. Les rejeter, c’est lui refuser ton amour, puisque c’est refuser ce “contrat” officieux qu’il tente d’instaurer entre vous. Rien ne vexe plus un type deux qu’un “je n’ai pas besoin de toi”. C’est pour ça qu’il faut prendre des pincettes, arrondir les angles, mettre la forme lorsque tu n’as – de fait – pas besoin de lui. Rassure-le, fais-lui savoir comme tu es reconnaissant pour ce qu’il veut faire pour toi. Fais également attention à ne pas tomber dans un travers assez pervers : profiter de sa gentillesse. Il ne te la refusera jamais, mais ton côté très humain pourrait avoir tendance à en abuser. Au lieu de ça, mieux vaut aider l’altruiste à comprendre que l’amour n’est pas un rapport marchand, qu’il est gratuit, et qu’il n’a pas besoin de trop en faire pour le recevoir. De sorte qu’à terme, le type 2 pourra peut-être découvrir ce à quoi il aspire.

Altruiste, c’est pour toi

C’est le mot de la fin ! L’ennéagramme a un but très simple : nous aider à nous comprendre et nous apprivoiser. 

L’ennéagramme pointe quelques traits propres à ta personnalité altruiste : le don de soi, l’oubli de tes propres besoins, la peur du rejet. Le savoir te permet, au quotidien, de prendre du recul sur toi-même et une situation qui peut soit te mettre mal à l’aise, soit créer une gêne chez les autres. Il te permet de relativiser ce que tu es et ce que tu fais : l’amour, l’aide, le service sont des dons gratuits, tu ne peux pas attendre des autres une réciprocité. L’amour n’est pas un produit marchand, il ne se mérite pas, il se vit. Quand tu sers les autres, arrête-toi quelques secondes et interroge-toi. Pourquoi le fais-tu ? Parce que tu veux le faire, ou parce que tu penses que c’est ce que l’autre veut ? Parce que tu veux le faire, ou parce que tu veux que l’autre t’aime pour ça ? Accepte de ne pas être indispensable, contente toi d’être unique. 

Show CommentsClose Comments

Leave a comment

© Copyright 2019-2020 - Psy&Co. Tous droits réservés.